La diversité des genres est-elle importante pour les investisseurs ?

inégalité genre

En 2014 Google a publié pour la première fois des data sur la diversité des ses employés : 30% (seulement) de femmes, 3% d’hispaniques, 2% de noir.e.s. Chiffres révélateurs d’un réel problème de prise en compte de la diversité.

En 2018, les chiffres des tech-compagnies de la Silicon Valley sont toujours aussi affligeants :

diversité genre

Google ayant donné l’exemple, d’autres compagnies ont commencé à publier leurs propres chiffres sur ce sujet. Margaret Neale professeure à la Stanford Graduate School of Business et deux de ses étudiants se sont posés la question : les investisseurs prennent-ils en compte la publication de ces datas dans leur décisions d’achat/vente des actions des sociétés révélant la vérité sur leur gestion de la diversité ?

Oui, la diversité compte pour les investisseurs

En analysant 60 publications sur la diversité effectuées par des sociétés US entre 2014 et 2018, Margaret Neal et ses étudiants ont constaté une corrélation positive entre meilleure égalité des genres et accueil favorable par les investisseurs (augmentation du cours des actions).

Dans le secteur des nouvelles technologies (49 publications), les chercheurs ont noté que Google servait de référence car cette société est considéré un modèle. Plus une firme avait une diversité supérieure à celle de Google plus son action augmentait le jour de la publication des data. Et la simple publication ne suffisait pas à influencer la valeur de l’action, il fallait que les chiffres publiés soient eux-mêmes révélateurs d’une démarche positive pour que les investisseurs décident de ‘récompenser’ l’entreprise.

Pourquoi les investisseurs valorisent-ils la diversité ?

C’est la question que les chercheurs de Stanford ont posé à 400 investisseurs. La prise en compte de l’éthique a bien évidemment fait partie des réponses. Mais pas seulement.

La diversité est aussi censée favoriser la créativité des employés, la diminution de la conflictualité et enfin l’égalité favorise la résolution des actions en justice par la négociation plutôt que par un procès (et l’on sait le coût que peut représenter un procès perdu aux USA).

Rappelons que depuis le 9 janvier 2019, les entreprises françaises de plus de 1 000 salarié.e.s ont l’obligation de publier un index de l’égalité hommes/femmes. Cet index ne s’intéresse qu’au salaire pas à l’égalité notamment dans les postes de middle et top management. C’est une première étape. Il serait intéressant de savoir si les investisseurs tiennent compte (ou pas) de la publication de ces chiffres dans leur évaluation de la valeur d’une société… ?