2025, le futur de la Finance selon Deloitte

Le société Deloitte a publié une étude prospective sur le futur de la Finance à horizon 2025. Vous trouverez ci-après un résumé des idées et concepts présentés dans cette étude et pour aller plus loin, le document complet est en accès ici (EN/gratuit).


Le futur sera digital

C’est sans doute l’enseignement essentiel de cette étude. Si les CFOs participent de plus en plus à la définition de la stratégie des entreprises, il leur faut impérativement intégrer les transformations digitales dans leur façon de concevoir leur métier. Et ces transformations sont induites par les tendances suivantes :

  • La croissance exponentielle des Data – recueil/stockage des data structurées ou non, analyse, insights et prise de décision,
  • Consécration du Cloud permettant de diminuer le coût du digital,
  • Optimisation des algorithmes favorisant la conduite de l’innovation,
  • Accélération du traitement des data ouvrant la voie à une gestion en temps réel.

Ces évolutions associées aux nouvelles technologies (blockchain, deep learning, robots…) vont profondément modifier la façon qu’ont les CFOs d’apprendre, raisonner, planifier.


Et les CFOs vont devoir repenser leurs modes opératoires

Selon Deloitte, les CFOs devront prendre en compte les 8 éléments ci-après pour préparer dès aujourd’hui leur métier de demain :

  • Finance Factory : le CFO ne sera plus responsable d’une fonction mais d’une usine. Fini les traitements manuels et l’accumulation de silos. L’usine produira des transactions réalisées par un ERP dans le Cloud, transférées et stockées via une blockchain, automatisés par des robots (RPA) avec une création de valeur assurée par des outils cognitifs. Le CFO devra concevoir, développer et faire évoluer un système digital pour lequel il aura réuni des talents devant non seulement comprendre les enjeux de la finance mais aussi et surtout ceux du digital,
  • Rôle de la Finance : les transactions/opérations étant automatisées, le CFO ne sera plus un manager d’équipe mais un prestataire au service des autres départements notamment le Marketing pour encore et toujours améliorer l’expérience client. Il ne sera plus tourné vers le passé (compta, revue budgétaire…) mais vers l’avenir pour permettre à l’entreprise d’être plus intelligente,
  • Fin de cycle : ou plus exactement fin de la notion de cycle. Les process d’aujourd’hui : reportings hebdo, mensuels étant produits par des machines, le CFO devra penser temps réel en mode agile,
  • Self Service : fini les échanges par courriel ou téléphone pour obtenir une réponse, un chiffre, un reporting d’un des membres de l’équipe Finance. Chatbot, assistants digitaux et autres outils permettront à chacun de venir se servir des data/insights produits par la Finance,
  • Décloisonnement : la Finance repose en grande partie sur le management des Data. Ce management devenant automatisé et ouvert, la fonction Finance n’est plus le fait d’une équipe fonctionnelle et pérenne. Elle sera au contraire flexible, évolutive incorporant selon les projets les talents nécessaires (techno, marketing, vente…). Le CFO devra reconsidérer le qui-fait-quoi-comment-pour-quel-service.
  • Des ERP Agiles : avec la montée en puissance des micro-services le CFO n’aura plus à gérer le stress d’une montée de version de son ERP (la fameuse Release). Les ERP – qui passeront de l’age du traitement/stockage des data à celui de producteur d’analyses – pourront être améliorés en continu grâce à des petits bouts de code (les micro-services) conçus pour répondre aux besoins effectifs des utilisateurs,
  • Omniprésence de la Data : le CFO devra raisonner qualité et non plus quantité de data. Des data propres, partagées et prises en considération parce qu’elles ont un intérêt pour toute l’entreprise et pas seulement pour la Finance. Le CFO participera à la data-évangélisation pour garantir la collaboration de tous les départements de de l’entreprise,
  • Préparer les ressources humaines : évolution ou révolution, le CFO sera contraint d’adapter le profil de ses équipes. Finis les routines, place à la responsabilité, plus de tableaux Excel dans un powerpoint mais du storytelling à partir d’un outil de data-visualisation, émergence d’une relation producteur/consommateur avec les autres équipes.

2019 – 2025, l’horizon est finalement assez court pour réussir la mutation de la fonction Finance telle qu’anticipée par Deloitte. Alors bon courage….